Concours fédéral du 28 avril 2018 à Saint-Etienne/Méons

Quelques participants des catégories « voltige » (F2B, Nobler, OTS)

Un vent violent était annoncé à plus de 50 km/h pour la journée de dimanche, circonstance rendant les évolutions impossibles.

D’un commun accord, le concours a été prudemment « resserré » sur la journée du samedi.

En OTS,  en Coupe Nobler, en F2B FAI, en vitesse, comme à chaque fois, l’hiver a été mis à profit pour concevoir et construire de nouveaux très beaux modèles même si pour certains le temps a manqué et de ce fait les mises au point restent achever

Pierre Albérola, du Model Air Club de l’Hérault, vainqueur de la Coupe Nobler et son modèle (Nobler motorisé Fox 35
Deux nouveaux modèles de voltige F2B présentés à Méons ce samedi :
– au second plan l’avion de Loïc Vaucelle, un Vector Brodak équipé d’un moteur Brodak 40. Il est léger et très bien construit, comme tout ce que fait Loïc.
– au premier le Max Bee (géométriquement plan Igor Burger – Fuselage un peu modifié) construit par Pierre Alberola à partir en partie de pièces découpées CNC par Jacky Pigout ((nervures, flancs de fuselage, blocs supérieurs et inférieurs, saumons). Coté moteur Pierre a monté un Retro 60 LS (tout neuf, qui dormait depuis 20 ans dans un tiroir). L’avion, entièrement coffré, pèse 1.718gr en ordre de vol réservoir vide). Il est équipé du système « logarithmique » de commande des flaps. Le premier vol a eu lieu à Méons vendredi soir, veille du concours… Il est en attente d’un cône définitif (produit Armand Kuentz). Reste à corriger le montage du réservoir et à régler la carburation qui l’a en définitive empêché de voler…
L’avion F2B de Bernard Raffal
Le plan est basé sur le Gee Bee de Gilbert Beringer, avec un fuselage personnel différent.
Poids 1.700 gr, moteur Saito 56, hélice type “Rafale” made in ACSE.
En OTS (coupe Nobler et assimilés), Le Thunderbolt 1955 de Thierry Saunier

En Rallye, 3 équipes engagées. Les manches ont mis en évidence que quelques points de règlement seraient à préciser en particulier l’un relatif au contrôle du non dépassement de la vitesse moyenne de 150 km/h autorisée entre les 3 « pits stop » obligatoires.

Claude Maiffret préchauffe son team-racer vainqueur du Rallye Air Race (pilote Bernard Raffal)
Jacky Pigout (pilote) et Pierre Alberola (mécanicien) changent l’hélice de leur team-racer entre deux manches de Rallye Air Race

Au fil du temps, l’Aéro-club de Saint-Etienne – Vol Circulaire s’est spécialisé vers les catégories « vintage », approche en vogue dans notre monde contemporain.

Cette fois c’est la naissance « officielle » (un modèle avait déjà évolué hors concours en octobre dernier), en plus de la voltige (OTS et coupe Nobler) et du Rallye déjà existant, d’une nouvelle discipline, la vitesse classique ou « vintage » ;

Ce concept est très en vogue dans les pays anglo-saxons (BMFA, Sam 35, Weatherman…), en Italie (trophée Garofali, GIP 46…).

Les modèles et les moteurs doivent avoir été produits avant 1965 ; les « Replica » (constructions actuelles sur plan d’époque) sont bien évidemment autorisés.

Les deux modèles de vitesse « classique » présentés : à gauche le Pink Lady, à droite le Speed Fire sur plan « Précisia »

Les moteurs des deux modèles présentés effectuaient pratiquement là leurs premiers vols. Ils devront être mis au point car on est loin du potentiel (hélices inadaptées, vols carburés « riches » par obligation, du fait de rodages insuffisants…).

Le modèle de vitesse électrique F2G « low cost », entièrement démontable, présenté par Hugo Pradier, mais dont la mise au point est à achever.

Sur vos agendas : prochain rendez-vous à Aix-en-Provence pour le critérium du sud-est les 15 et 16 septembre.

Mai 2018 (crédits photos Véronique Beringer et Daniel Janan).

Résultats