Concours fédéral des 22 et 23 avril 2017 à Saint-Etienne/Méons

Les participants à la rencontre (photo ACSE)

Temps magnifique, vent faible à nul pour ce premier rendez-vous 2017 en terre stéphanoise, concocté et organisé par le club.

L’USA-1 construit et piloté par Pierre Alberola (plan Bill Werwage) – On distingue bien sous l’entoilage les nervures produites selon le procédé I-Beam . Bien visible aussi à l’avant du modèle le venturi moteur sur le dessus : facile de mettre la goutte avant de démarrer ! (photo Alberola)
Une autre vue de l’USA-1 (photo Alberola)
Le moteur Belko et son cylindre reculé (photo Alberola)

L’acrobatie ne rencontra pas de problème particulier avec comme toujours de nouveaux avions.

Il n’en fut pas de même en formule « Rallye ». Les équipes se forment sur place, pilotes et mécaniciens sont distants géographiquement et donc n’ont pas eu le loisir de s’entrainer ensemble. Dans l’équipe Beringer Gilbert était malade et du être remplacé au pied levé au poste de mécano. Certains modèles ont du mal à évoluer en dessous des fatidiques mais réglementaires 150 km/h maximums. Enfin le Goodyear à propulsion électrique préparé par Daniel Janan ne pris pas son envol, « cloué » au sol par des problèmes de connexions électriques… Seule l’équipe Raffal-Alberola réussira la base complète de 100 tours frôlant la limite de la vitesse maximum autorisée.

Le modèle Goodyear F2F à propulsion électrique préparé par Daniel Janan pour la course formule « Rallye ». (photo Hugo Pradier)

En vitesse électrique 3 engagés. Là aussi faute d’entrainement (hiver long et éloignement des pistes disponibles) les aléas de reprises sont nombreux.

C’était aussi le premier concours voyant le retour aux câbles de grand rayon 17,69 m, rendus nécessaires par les vitesses atteintes l’année précédente. Quelle serait la perte de performance due à ce rayon modifié ?

Des touchettes violentes (Mayo et Ducas), des vols trop hauts et « disqualifiants », encore des problèmes récurrents de connexions électriques défaillantes pour Daniel Janan (aucun départ) et, avec un seul vol réussi, Guy Ducas confirme avec 258 km/h : ainsi on pourrait estimer la perte de vitesse autour de 5 à 6 km/h (266 en 2016 sur 15.92 m). Au moment de préparer ce « digest » nous apprenons que Guy Ducas à tourné à 268 à Breitenbach lors du premier concours suisse 2017.

Il faut aussi signaler la progression régulière de Jon Mayo, « poulain » de Guy Ducas. A 22 ans cet étudiant en génie mécanique d’une grande école de Lausanne a bien digéré le contexte particulier de la vitesse (pylône, technologie électrique…).

Prochaine rencontre : 30 septembre et 1er octobre à Méons avec au programme acro (F2B, coupe Nobler, Old Time Stunt), chassé de ballons, vitesse.

Les résultats